logo aprelia moodle 128Source : Apréli@, cahier Perspective sur la gouvernance d’établissement : Conduire le projet d’établissement, page 21 :

Travailler avec le Comité de Gestion de l’école

Un partenariat solide entre l'école et son Comité de Gestion est la clé du développement d'une relation efficace. La relation est interdépendante et, en tant que leader de l'école, vous avez besoin d’établir une relation solide avec le Comité de Gestion. Pour ce faire, vous pourriez :
• communiquer régulièrement avec lui, notamment pour qu'il se sente membre à part entière de la communauté scolaire,
• l’inviter à l'école, notamment pour célébrer les réussites,
• écouter attentivement ses conseils,
• mettre à profit son expertise pour améliorer les enseignements-apprentissages.

 


Le document cité précédemment, Pour une nouvelle dynamique de la gestion scolaire (CONFEMEN, 2007, pages 59-60, pdf, 854 Ko) précise :


« Les partenaires traditionnels de l’école sont : l’Etat, les collectivités territoriales, les communautés, l’association des parents d’élèves, les comités de gestion, les associations de développement, les ONG, les partenaires techniques et financiers, les syndicats d’enseignants, le secteur privé, les associations d’élèves et ’étudiants.
Il s’agit donc de réorganiser le partenariat autour de l’école à tous les niveaux à partir des potentialités et des acteurs appelés à jouer un rôle complémentaire à côté de l’Etat.
Le partenariat, espace de concertation de tous les acteurs concernés par le développement de l’école, devra viser essentiellement à :

• mettre en synergie toutes les potentialités pour le développement de l’école,
• assurer une meilleure circulation de l’information entre tous les acteurs concernés ainsi que le suivi des actions,
• instaurer des mécanismes permettant au partenariat de bien fonctionner,
• clarifier les rôles et les responsabilités des partenaires en tenant compte de leurs aptitudes et des spécificités de leurs interventions.

La nouvelle vision du partenariat devra s’inscrire dans la reconnaissance de la complémentarité des rôles des différents partenaires, la redéfinition de leurs rôles et responsabilités et l’implication résolue du privé. »